Pascal VINARDEL

 

View the embedded image gallery online at:
http://www.artvisconti.com/fr/pascal-vinardel#sigProId555598195d

Pascal VINARDEL est né le 29 avril 1951 à Casablanca, dans le Maroc du protectorat français dont il gardera la nostalgie. Issu d'une famille d'intellectuels et de musiciens il s'oriente très tôt vers la peinture.

Rentré en France en 1965, il poursuit ses études au lycée Janson de Sailly de Paris, puis après l'obtention d'un baccalauréat littéraire en 1969, il est admis à l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris dont il obtient le diplôme en 1972.

Après avoir été primé à plusieurs occasions, il est reçu en 1974 au concours de la Casa Velasquez. De retour à Paris après une séjour de deux ans à Madrid, il rencontre ses premiers marchands, et d'importants collectionneurs commencent à remarquer ses travaux.

Exposant rarement, Pascal Vinardel affermit dès cette époque une réputation de peintre secret, à l'écart des modes de son temps et produisant peu.

En 1988 il rencontre sa future femme dont il aura, en 1995, une fille.

De 1994 à 2000, il dirige un atelier de peinture à l'Ecole nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris.

Après un séjour d'une dizaine d'années dans le sud-ouest de la France, il revient à Paris en septembre 2006, partageant désormais son temps entre la ville et la campagne.

En 2013, Pascal Vinardel est nommé Chevalier des Arts & des Lettres.

 

[...Comprendre et restituer la beauté du monde à travers l’art, c’est empêcher que les cœurs n’oublient tout à fait qu’il existe une harmonie possible. Vinardel nous présente une époque non pas tant révolue qu’aimée, désirée, connue, et dont on sait qu’elle revient parfois, qu’elle reviendra, à la faveur d’un enrayement des machines, d’un sursaut de colère, d’une sécession tranquille. C’est la belle saison, celle où les hommes ont été rendus à eux-mêmes. La ville n’est plus alors un décor, mais le théâtre de l’enfance, de la jeunesse passionnée, des fortes joies et des fortes douleurs, du grand âge que ne défigurent plus les humiliations ni la terreur obéissante...]

 Extrait du texte écrit par David Bosc pour le catalogue de l’exposition.

 15 octobre 2015 au 15 janvier 2016

https://fr.wikipedia.org/wiki/David_Bosc